Les indemnités de rupture conventionnelle plus taxées à compter du 1er septembre 2023 (Art.4 Loi 2023-270 du 14 avril 2023 de financement rectificative de la sécurité sociale)

Publié le 31 août 2023

Qui n’a pas entendu parler de cette réforme des retraites ? L’âge légal, la durée de cotisation, le montant de la pension … et son article 4, celui qui va augmenter le coût pour les employeurs des ruptures conventionnelles.

En effet, cette disposition va aligner le régime social de l’indemnité de rupture conventionnelle sur celui de l’indemnité de mise à la retraite, réduite à l’occasion.

L’idée est d’inciter au maintien dans l’emploi des seniors et de freiner la forte hausse constatée des ruptures conventionnelles dans les 3 années qui précèdent l’âge légal de départ en retraite.

Pas étonnant puisque jusqu’à présent, les indemnités de rupture conventionnelles ne bénéficiaient des exonérations de cotisations sociales à hauteur des seuils prévus pour les autres indemnités de rupture du contrat de travail qu’à la condition que le salarié ne soit pas en âge de bénéficier d’une pension de retraite d’un régime légalement obligatoire.

Dans ces conditions, les employeurs avaient intérêt à optimiser leur coût en s’assurant que le salarié (souvent demandeur à la rupture conventionnelle en fin de carrière, ne l’oublions pas) n’était pas éligible à la retraite.

Cette exonération de cotisations sociales s’appliquera désormais quelle que soit la situation du salarié au regard de ses droits à retraite, mais l’indemnité spécifique de rupture conventionnelle sera soumise à la contribution spécifique actuellement due sur les indemnités de mise à la retraite.

Cette contribution patronale spécifique sera de 30% dans les deux cas (indemnité de mise à la retraite ou indemnité de rupture conventionnelle).

Le II de cet article 4 de la loi prévoit que cette modification de régime ne sera applicable qu’aux indemnités versées à l'occasion des ruptures de contrat de travail intervenant à compter du 1er septembre 2023.

Dès lors :

  • Si le salarié n’est pas éligible à une pension de retraite d’un régime légalement obligatoire

L’indemnité spécifique de rupture conventionnelle sera exemptée de forfait social (actuellement dû à hauteur de 20% de la part de l’indemnité exonérée de cotisations de sécurité sociale), mais supportera la contribution patronale spécifique de 30%.

A condition qu’elle ne dépasse pas 10 plafonds annuels de sécurité sociale, cette indemnité restera exonérée de cotisations de sécurité sociale dans les limites actuelles (à savoir un maximum de 2 plafonds annuels de sécurité sociale et à hauteur du plus élevé des 3 montants suivants : indemnité conventionnelle ou légale de licenciement ou 2 années de salaire brut par référence à l’année civile antérieure ou encore 50% du montant de l’indemnité versée).

Cette indemnité restera également exonérée de CSG et de CRDS à hauteur du plus faible montant entre l’indemnité conventionnelle ou légale de licenciement ou le montant admis pour l’exonération de cotisations sociales (calculé comme indiqué ci-dessus).

Cette indemnité restera aussi exonérée en principe d’impôt sur le revenu dans les mêmes limites que prévues ci-dessus pour les cotisations sociales, à l’exception du maximum, qui est de 6 plafonds annuels de sécurité de sociale (au lieu de 2 pour les cotisations sociales), à condition cette fois que l’indemnité conventionnelle ou légale ne soit pas supérieure.

  • Si le salarié est éligible à une pension de retraite d’un régime légalement obigatoire

L’indemnité spécifique de rupture conventionnelle sera désormais exonérée de cotisations de sécurité sociales dans les limites indiquées ci-dessus, mais supportera la contribution patronale spécifique de 30% (contre auparavant environ 45% de part patronale des cotisations et 22% de part salariale).

L’indemnité restera également exonérée de CSG et de CRDS dans la limite ci-dessus.

Même exonérée de cotisations sociales, l’indemnité restera toujours dans ce cas entièrement soumise à l’impôt sur le revenu.

***

En clair, le coût baisse un peu pour les ruptures conventionnelles avec les seniors et les départs en retraite et il augmente pour les ruptures conventionnelles conclues avec tous les autres.

Il n’est pas certain que cela endiguera l’exode des seniors, souvent à l’origine des ruptures conventionnelles entre 50 et 60 ans, mais cela lissera leurs départs dans le temps, évitant le pic constaté. Une chose est sûre en revanche, l’indemnité spécifique de rupture conventionnelle coûtera généralement encore et toujours plus que l’indemnité de licenciement. Le prix de la tranquilité peut-être, à l’heure où les salariés qui veulent bénéficier des allocations de chômage ne peuvent plus abandonner leurs fonctions et, sauf exception, pas démissionner.

Vanessa LEHMANN

Avocat - Associée - Droit du Travail

Vanessa LEHMANN
Avocat associé

Dans la même thématique

Salarié et infraction au code de la route : qui est responsable ?

Publié le 30 janvier 2024 - Thème(s) : Thème : Droit du salarié
Salarié et infractions au Code de la route : qui est responsable ?

Action de requalification des CDD en CDI : les précisions de la Cour de cassation en 2023

Publié le 05 janvier 2024 - Thème(s) : Thème : Droit du salarié, Thème : Droit social des employeurs, Thème : Rédaction des contrats de travail et avenants
En 2023, la Chambre sociale de la Cour de cassation a eu l’occasion de préciser les règles de droit applicables aux contrats à durée déterminée. A défaut, de respect de ces conditions de fond et de forme, la juridiction prud’homale sera habilitée à prononcer la requalification du contrat à durée déterminée en contrat à durée indéterminée. 

La dispense de reclassement du salarié inapte strictement encadrée par la loi.

Dans un arrêt rendu le 13 septembre 2023, la chambre sociale de la Cour de cassation a eu à se prononcer sur la régularité d’un licenciement pour inaptitude sans recherche de reclassement et a réaffirmé avec force les conditions strictes auxquelles devait répondre cette procédure.

Preuve de la faute du salarié : le retour du "client mystère" (Cass.soc. 6 septembre 2023)

Publié le 22 novembre 2023 - Thème(s) : Thème : Droit du salarié, Thème : Droit social des employeurs
Dans un arrêt du 6 septembre 2023, la chambre sociale de la Cour de Cassation a jugé que la pratique du "client mystère" pour établir d'éventuelles fautes du salarié est licite mais sous certaines conditions.

Congés payés : à vos compteurs ! Le salarié malade continue d'acquérir des congés payés

Publié le 08 novembre 2023 - Thème(s) : Thème : Droit du salarié
Ce n’est pas un revirement, c’est une révolution ! Par une série de 7 arrêts (Cass.soc. 13 septembre 2023 22-17.340 à 22-17.342 ; 22-17.638 ; 22-10.529, 22-11.106 et n°22-10.529), la Cour de cassation vient d’apporter un changement drastique dans l’état de notre droit national en matière de congés payés du salarié.

Antidater la rupture conventionnelle, une fausse bonne idée

Pour accélérer la procédure de rupture conventionnelle du contrat de travail, l’employeur et le salarié peuvent parfois s’entendre pour antidater la signature de la convention. Cette pratique s’avère cependant risquée.

Un salarié déclaré inapte en cours de procédure ne peut être licencié pour un autre motif

Dans un arrêt rendu le 8 février 2023, la chambre sociale de la Cour de cassation a eu à statuer sur la possibilité de prononcer un licenciement pour faute, ici lourde, à l’encontre d’un salarié déclaré inapte avant son licenciement.

Le seul dépassement de la durée maximale quotidienne de travail cause un préjudice au salarié ouvrant droit à réparation

Publié le 20 septembre 2023 - Thème(s) : Thème : Droit du salarié, Thème : Heures supplémentaires, dépassements des durées légales maximales
Dans un arrêt rendu le 11 mai 2023, la chambre sociale de la Cour de cassation a assoupli sa jurisprudence dans l’intérêt du salarié victime d’un non-respect de la réglementation sur la durée maximale quotidienne de travail.

L’inaptitude du salarié : la recherche de reclassement peut passer par l’aménagement du poste en télétravail

Publié le 07 septembre 2023 - Thème(s) : Thème : Droit du salarié
Dans un arrêt rendu le 29 mars 2023, la chambre sociale de la Cour de cassation est venue préciser l’étendue de l’obligation de reclassement pesant sur l’employeur en cas d’inaptitude du salarié.

Vie personnelle des salaries et droit à la preuve dans les contentieux prud’hommes

Publié le 31 mai 2023 - Thème(s) : Thème : Droit du salarié

Dans plusieurs arrêts récents, la Cour de cassation poursuit sa construction jurisprudentielle à propos des conditions d’admissibilité dans un contentieux prud’homal de moyens de preuve portant atteinte à la vie personnelle de salariés, notamment lorsqu’ils sont issus d’un dispositif de surveillance qui ne remplit pas toutes les conditions de licéité.


Comme toujours, la Justice doit rechercher ici le délicat équilibre entre :