Salarié et infraction au code de la route : qui est responsable ?

Publié le 30 janvier 2024
Thème(s) : Droit du salarié

Les questionnements sont nombreux sur ce point.

Depuis le 1er janvier 2017, la loi n°2016-1547 prévoit, en son article L. 121-6 du Code de la route, une obligation, à l’égard de l’employeur, de dénoncer l’identité du salarié ayant commis une infraction routière.

Plusieurs précisions s’imposent.

  • Quelles sont les modalités à respecter par l’employeur ?

Lorsqu’une infraction au Code de la route est relevée, le représentant légal de la société doit alors dénoncer le salarié conducteur, à moins qu’il parvienne à établir une cause de non-imputabilité de l’infraction, telle que le vol, l’usurpation de plaque d’immatriculation ou la force majeure.

Pour cela, il dispose d’un délai de 45 jours à compter de la réception de l’avis de contravention, pour adresser, par lettre recommandée avec accusé réception ou sur le site internet ANTAI, tout justificatif tendant, soit à identifier le salarié, soit à établir l’existence d’une cause de non-imputabilité. En tout état de cause, l’employeur doit indiquer la référence du permis de conduite du salarié au volant au moment des faits.

  • L’employeur peut-il refuser de dénoncer son salarié ?

Oui, l’employeur peut refuser de dénoncer mais dans ce cas, il s’expose à de lourdes sanctions financières. En effet, lorsque l’employeur omet de dénoncer le salarié responsable de l’infraction routière il sera, d’une part, personnellement pécuniairement redevable de l’avis de contravention, et d’autre part, pénalement responsable du défaut de dénonciation pouvant entrainer une amende de 4ème classe, soit 3.750€ maximum.

La jurisprudence de la Cour de cassation a pu clarifier le sens de l’article L. 121-6 du Code de la route, prévoyant ainsi que seul le représentant légal de la personne morale est tenu de dénoncer l’identité du conducteur d’un véhicule ayant servi à commettre l’infraction (Cass. Crim, 11 déc 2018, n°18-82.628 ; Cass. Crim, 15 janv. 2019, n°18-82.423 ; Cass. Crim, 22 janv. 2019, n°18-81.317).

Dès lors, il important de retenir qu’une société ne peut s’acquitter des avis de contraventions dont le représentant est personnellement responsable. A défaut, le représentant légal se rendrait coupable d’abus de biens sociaux et encourrait jusqu’à 2 ans d’emprisonnement. Aussi, la prise en charge des amendes par l’employeur pour des infractions commises par un salarié constitue un avantage en nature soumis à cotisations sociales (Cass. 2ème Civ, 9 mars 2017, n°15-27.538).  

  • Quelles sont les infractions routières concernées par cette procédure ?

Attention, toutes les infractions ne sont pas concernées par cette procédure de dénonciation. Il s’agit en effet des infractions constatées par un appareil de contrôle automatique ayant fait l’objet d’une homologation et dont la liste exhaustive est expressément énoncée aux articles R. 121-6 et R. 130-11 du Code de la route. On trouve, à titre d’illustrations, l’usage du téléphone tenu en main, la circulation sur les bandes d’arrêt d’urgence, les excès de vitesse, … 

  • Qui est redevable de l’amende et du retrait des points sur le permis de conduire ?

Il convient de distinguer ici 2 hypothèses.

Premièrement, lorsque l’infraction a été commise par le salarié et que l’employeur a procédé à sa dénonciation. Dans ce cas, le salarié est redevable pécuniairement de la contravention, laquelle entrainera le retrait des points correspondants sur le permis de conduire. Par exemple, pour le défaut de port de la ceinture de sécurité, le salarié sera redevable d’une amende de 135€ et perdra 3 points sur son permis de conduire.

Secondement, si l’employeur ne dénonce pas le salarié il devra s’acquitter du paiement de l’amende. Ici, aucune perte de point ne pourra être infligée mais l’employeur encourt, en plus du paiement de la contravention, des poursuites pénales pour défaut de dénonciation. Ainsi, par exemple, si un salarié se fait flasher pour excès de vitesse et que l’employeur ne le dénonce pas, cette infraction pourra lui couter en 540€ et 1.965€ (90€ d’amende forfaitaire + 450€ à 1875€ d’amende pour défaut de dénonciation).

  • Quid du contrat de travail du salarié responsable d’une infraction routière ?

L’infraction au Code de la route par le salarié peut justifier son licenciement pour cause réelle et sérieuse, voir son licenciement pour faute grave. Il en va ainsi du salarié privé de son permis de conduire en raison d’un excès de vitesse important commis pendant son temps de travail avec un véhicule professionnel, l’empêchant d’exercer valablement ses fonctions (Cass. Soc, 28 févr. 2018, n°17-11.334).

De même, est justifié d’une faute grave, le licenciement d’un chauffeur camion ayant provoqué un accident résultant d’une conduite dangereuse alors que deux autres salariés étaient à bord du véhicule, dans la mesure où ce dernier viole son obligation sécurité prévue à l’article L. 4122-1 du Code du travail (Cass. Soc, 15 déc. 2016, n°15-21.749). Cependant, n’est pas justifié d’une faute grave, le licenciement d’un salarié qui s’était vu retiré son permis hors du temps de travail pour conduite en état d’ébriété (Cass. Soc, 10 juill. 2013, n°12-16.878).

En tout état de cause, toute retenue sur salaire est expressément interdite, sauf faute lourde du salarié (Cass. Soc, 17 avr. 2013, n°11-27.550). De même, une clause obligeant le salarié à rembourser ses amendes est nulle (Cass. Soc, 11 janv. 2006, n°03-43.587).

Gérald CHALON, avocat à Reims en droit du travail et droit public
Gérald CHALON
Avocat associé

Dans la même thématique

Action de requalification des CDD en CDI : les précisions de la Cour de cassation en 2023

Publié le 05 janvier 2024 - Thème(s) : Thème : Droit du salarié, Thème : Droit social des employeurs, Thème : Rédaction des contrats de travail et avenants
En 2023, la Chambre sociale de la Cour de cassation a eu l’occasion de préciser les règles de droit applicables aux contrats à durée déterminée. A défaut, de respect de ces conditions de fond et de forme, la juridiction prud’homale sera habilitée à prononcer la requalification du contrat à durée déterminée en contrat à durée indéterminée. 

La dispense de reclassement du salarié inapte strictement encadrée par la loi.

Dans un arrêt rendu le 13 septembre 2023, la chambre sociale de la Cour de cassation a eu à se prononcer sur la régularité d’un licenciement pour inaptitude sans recherche de reclassement et a réaffirmé avec force les conditions strictes auxquelles devait répondre cette procédure.

Preuve de la faute du salarié : le retour du "client mystère" (Cass.soc. 6 septembre 2023)

Publié le 22 novembre 2023 - Thème(s) : Thème : Droit du salarié, Thème : Droit social des employeurs
Dans un arrêt du 6 septembre 2023, la chambre sociale de la Cour de Cassation a jugé que la pratique du "client mystère" pour établir d'éventuelles fautes du salarié est licite mais sous certaines conditions.

Congés payés : à vos compteurs ! Le salarié malade continue d'acquérir des congés payés

Publié le 08 novembre 2023 - Thème(s) : Thème : Droit du salarié
Ce n’est pas un revirement, c’est une révolution ! Par une série de 7 arrêts (Cass.soc. 13 septembre 2023 22-17.340 à 22-17.342 ; 22-17.638 ; 22-10.529, 22-11.106 et n°22-10.529), la Cour de cassation vient d’apporter un changement drastique dans l’état de notre droit national en matière de congés payés du salarié.

Antidater la rupture conventionnelle, une fausse bonne idée

Pour accélérer la procédure de rupture conventionnelle du contrat de travail, l’employeur et le salarié peuvent parfois s’entendre pour antidater la signature de la convention. Cette pratique s’avère cependant risquée.

Un salarié déclaré inapte en cours de procédure ne peut être licencié pour un autre motif

Dans un arrêt rendu le 8 février 2023, la chambre sociale de la Cour de cassation a eu à statuer sur la possibilité de prononcer un licenciement pour faute, ici lourde, à l’encontre d’un salarié déclaré inapte avant son licenciement.

Le seul dépassement de la durée maximale quotidienne de travail cause un préjudice au salarié ouvrant droit à réparation

Publié le 20 septembre 2023 - Thème(s) : Thème : Droit du salarié, Thème : Heures supplémentaires, dépassements des durées légales maximales
Dans un arrêt rendu le 11 mai 2023, la chambre sociale de la Cour de cassation a assoupli sa jurisprudence dans l’intérêt du salarié victime d’un non-respect de la réglementation sur la durée maximale quotidienne de travail.

L’inaptitude du salarié : la recherche de reclassement peut passer par l’aménagement du poste en télétravail

Publié le 07 septembre 2023 - Thème(s) : Thème : Droit du salarié
Dans un arrêt rendu le 29 mars 2023, la chambre sociale de la Cour de cassation est venue préciser l’étendue de l’obligation de reclassement pesant sur l’employeur en cas d’inaptitude du salarié.

Les indemnités de rupture conventionnelle plus taxées à compter du 1er septembre 2023 (Art.4 Loi 2023-270 du 14 avril 2023 de financement rectificative de la sécurité sociale)

Les indemnités de rupture conventionnelle plus taxées à compter du 1er septembre 2023 (Art.4 Loi 2023-270 du 14 avril 2023 de financement rectificative de la sécurité sociale) Qui n’a pas entendu parler de cette réforme des retraites ? L’âge légal, la durée de cotisation, le montant de la pension … et son article 4, celui qui va augmenter le coût pour les employeurs des ruptures conventionnelles.

Vie personnelle des salaries et droit à la preuve dans les contentieux prud’hommes

Publié le 31 mai 2023 - Thème(s) : Thème : Droit du salarié

Dans plusieurs arrêts récents, la Cour de cassation poursuit sa construction jurisprudentielle à propos des conditions d’admissibilité dans un contentieux prud’homal de moyens de preuve portant atteinte à la vie personnelle de salariés, notamment lorsqu’ils sont issus d’un dispositif de surveillance qui ne remplit pas toutes les conditions de licéité.


Comme toujours, la Justice doit rechercher ici le délicat équilibre entre :